Comment et pourquoi utiliser le diagramme d’ishikawa ?

Ishikawa est un diagramme de causes effets ou arête de poisson en raison de sa structure, permettant d’identifier les causes d’un problème et d’apporter les actions correctives nécessaires pour mieux avancer. Comment le collaborateur va utiliser cet outillage ? En quoi est-ce utile pour le contrôle qualité d’une entreprise ?

Qu’est ce que le diagramme ishikawa ?

Aussi appelé diagramme de causes et effets, arêtes de poisson ou diagramme de 5M, il se caractérise par des flèches. Cet outil de résolution des problèmes, a été mise en œuvre par Kaoru Ishikawa en 1952. Travaillant à la base pour Nissan, il a eu pour mission de développer un outil de gestion de la qualité de l’entreprise.

Pour ce faire, il a choisi d’élaborer le diagramme d’Ishikawa : Un diagramme doté d’une flèche principale (montrant le problème méthodologique principal) ainsi que des flèches secondaires, affichant les différentes causes du souci, classifiées en 5 catégories.

Quels sont ces 5M participant à la résolution de problèmes ?

Selon Ishikawa, les causes et les effets peuvent provenir de 5 typologies différentes :

  • La main d’œuvre : C’est caractéristique de l’équipe, des collaborateurs, des compétences et des savoir-faire ;
  • Les matières : Les matières 1ère indispensables pour mieux produire et pour mettre en avant le management de la qualité ;
  • Le matériel : Les équipements et les moyens nécessaires pour produire ;
  • La méthode : Il s’agit de l’organisation du travail et des méthodes de production ;
  • Le milieu : C’est l’environnement du travail.

On rappellera que d’autres M peuvent compléter ce diagramme pour une meilleure démarche-qualité : Le M comme Management (pour mettre en avant l’impact du management sur le dysfonctionnement), et le M de mesure (activités de reporting et d’évaluation).

Comment faire un diagramme de causes et effets ishikawa

Le diagramme d’Ishikawa permet d’analyser les causes fondamentales d’un problème et d’apporter les actions correctives nécessaires. Pour mieux utiliser cet outil d’analyse, on se base sur 4 grandes étapes :

Pointer l’effet

C’est l’étape la plus simple car l’entrepreneur peut facilement identifier le problème. En fonction du recueil des faits, ça peut être : Une diminution du chiffre d’affaires, une baisse de production ou encore une baisse des performances des collaborateurs.

Dresser les causes d’erreur

En faisant un brainstorming, avec des experts ou des chefs de projet, dans le domaine, le dirigeant de l’entreprise va dresser la liste des causes potentielles ayant une possible incidence sur l’effet observé. Ensuite, via un tableau de bord, il faut catégoriser les causes identifiées au sein de chaque M afin de résoudre efficacement les problèmes.

Identifier la cause sur laquelle l’entreprise peut agir

Pour chacune des causes probables, l’entreprise doit se poser les questions adéquates pour trouver les origines de cette cause. Pour un problème de méthode par exemple, il peut s’agir d’un manque d’innovation suite à un manque d’idée ou un manque de moyen financier par exemple.

Faire une hiérarchie des causes

Pour chaque cause identifiée, il faut faire une investigation précise et lui donner un poids. Ce dernier permet de faire une hiérarchie des causes, avec en priorité celle qui produit le plus d’effet.

Cela permet de mettre en évidence les problèmes et le plan d’action nécessaire pour améliorer le problème voire de l’éradiquer.

Quels sont ses effets sur la stratégie d’une entreprise et comment l’expliquer ?

La raison principale motivant les entreprises à établir un diagramme Ishikawa, c’est d’analyser les problèmes et les catégories principales de causes, en mettant en exergue celles les plus marquantes.

Favoriser la communication

Le groupe de travail ou l’équipe professionnelle, se réunit en session de brainstorming, afin de trouver une solution à une problématique, corriger un dysfonctionnement ou encore juguler un effet non voulu.

Ce processus permet d’améliorer la communication en entreprise et surtout de booster la productivité.

Analyser les causes du problème

Plus le diagramme sera de qualité, mieux l’analyse des causes à effets sera profonde. On pourra faire un résumé des divers éléments déclencheurs afin d’avoir une vision globale du problème.

Cerner le fondement même du souci

En termes de gestion de projet, de management et de contrôle qualité, le diagramme d’Ishikawa est excellent pour traiter les problèmes.

Il va tout d’abord analyser le problème, les éventuelles causes primaires et secondaires, puis apporter les mesures correctives nécessaires. Aussi, ce diagramme permet de répondre aux questions suivantes :

  • Y-a-t-il une relation de cause à effet ?
  • Quelle en est la source ?
  • Pourquoi ?

Améliorer la qualité

Chaque fois que l’on recense un dysfonctionnement impactant de façon négative sur le processus qualité, alors le diagramme apporte une feuille de route véridique.