Geev : une application qui révolutionne le don d’objets

 

Chaque année, une famille sur 2 entasse des objets dans leur maison dont ils ne se servent plus. En effet, il peut s’agir de vêtements, de livres ou encore de chaussures qui s’accumulent au fil du temps et dont l’utilité est à remettre en cause. Selon les personnes, il est préférable de les donner plutôt que de les jeter, mais les alternatives sont peu nombreuses à cet effet.

Cependant, une application a vu le jour en réponse à cette problématique : Geev. Cette appli collaborative permet à ses membres de donner et d’adopter des objets invendus, et ce, d’une façon gratuite et facile, pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Retour sur cette révolution du don d’objets et anti-gaspi.

Geev, comment ça marche ?

L’application Geev est simple d’utilisation. En outre, chaque membre peut avoir accès à l’actualité des annonces, tout comme chaque membre est libre de poster un don. Ici, les donneurs peuvent poster une annonce en quelques clics, où d’autres membres pourront visualiser les objets disponibles près de chez eux, grâce à une géolocalisation.

En revanche, les mises en relation se font de manière privée, sans qu’aucune adresse ne soit divulguée. Ainsi, les dons et les adoptions restent confidentiels. Quant à la messagerie, il est possible de ne voir que 4 messages à la fois, selon l’ordre d’arrivée de ces derniers. Les autres, en attendant, sont placés en file d’attente.

Geev fonctionne ainsi pour protéger de la sur sollicitation, où certains membres avaient déjà reçu plus de 500 messages pour un même objet. Il s’inscrit aussi dans la lutte contre les gaspillages, les surplus, les déchets alimentaires et la consommation de produits frais, de fruits et légumes.

Enfin, l’appli contient aussi un système de notation des profils utilisateurs, où il est possible de signaler les potentiels « lapins », de quoi rassurer les utilisateurs.

Une appli éco-responsable et solidaire

Un deuxième souffle pour nos objets

Geev est non seulement une solution utile, gratuite et vertueuse, mais s’inscrit aussi dans un cadre de démarche écologique responsable, celui de réduire le gaspillage. En effet, l’application fait référence aux dons d’objets et de nourriture entre particuliers en favorisant l’économie circulaire. En outre, elle permet de donner une seconde vie aux objets d’une part, et d’autre part, de faire des dons alimentaires afin d’adopter une attitude éco-responsable et solidaire.

Afin d’éviter le gâchis, Geev propose des denrées avec une date limite de consommation inscrite en description. Si la date-limite n’est pas respectée, le don est jeté directement à la poubelle.

Simplifier le don entre particuliers

Le fonctionnement de Geev sur appli mobile est très simple. En vous créant un compte membre, l’appli indique la ville en vous géolocalisant, et ce, sans que votre adresse personnelle ne soit communiquée. Par la suite, il est possible de poster une annonce pour décrire rapidement le bien que vous souhaitez donner, et en ajoutant quelques photos.

Les autres utilisateurs de l’appli pourront voir les objets disponibles et entrer en contact avec le donneur. Le système d’échange se base sur un quota de « bananes », une sorte de monnaies d’échange, afin de limiter les abus et garantir l’équité entre membres, tout en luttant contre le gaspillage.

Geev : une startup « freemium »

Bien que tous les objets qui parcourent le système de l’application sont gratuits, Geev s’est vu injecter une somme de 3 millions d’euros pour développer son équipe

à lire aussi : les meilleures applications pour localiser son téléphone. Si cette somme paraît énorme, elle n’est que le reflet d’une startup fondée sur un concept de don, et où il est impossible de prélever une commission pour générer des restes de revenus. 

Ainsi, outre la publicité, l’entreprise mise ses rentrées d’argent sur le modèle « freemium », qui repose sur le fait que si les utilisateurs n’achètent pas de crédits, ces derniers devront attendre près d’une dizaine d’heures avant de pouvoir entrer en contact avec un donneur.

Un simple groupe comme point de départ

Geev a vu le jour à l’issue d’un regroupement entre jeunes diplômés d’une école de commerce, qui ont décidé alors de créer un groupe Facebook « adopte un objet ». Leur but étant de faciliter les dons à Paris où ces amis résidaient, l’idée devient alors virale et est adoptée par près de 200 villes en France. Ces derniers se sont aussi inscrits dans une lutte contre le gaspillage alimentaire, afin d’éviter le gaspillage alimentaire et les déchets.

À cette occasion, une levée de fonds est organisée pour lutter contre le gaspillage et a permis de récolter près de 200 000 euros, ce qui a valu au groupe d’être rebaptisé Geev. Ce modèle ne repose aucunement sur des œuvres caritatives, mais dépendent entièrement des dons d’objets, de vêtements, de consommables et de nourriture.

Des partenariats pour booster sa visibilité

En 2019, Geev annonce un partenariat avec le géant Cdiscount. Grand acteur dans la vente et la grande distribution, la startup prend conscience que pour survivre et se développer, elle aura besoin de plus de visibilité. L’alliance fait alors fureur, car Geev s’est alors mis à proposer des solutions de lutte contre le gaspillage, et pour répondre aux problématiques de seconde main. En outre, pour tout achat de gros électroménager, l’acheteur est en droit de demander une solution de reprise de son ancien appareil.

Dans sa lancée, la startup continue les partenariats, comme celui avec :

  • Auchan, la première enseigne de grande distribution de produits alimentaires, denrées alimentaires et supermarchés,
  • Madvertise, son premier partenaire de monétisation et l’application numéro 1 du réflexe d’échange monétaire,
  • À long terme, la startup voudrait aussi s’étendre à l’international, en se présentant déjà au Canada, en Suisse et en Belgique.