Quel management employer dans votre entreprise ?

manager
Sommaire

Le style de management appliqué par un dirigeant d’entreprise doit tenir compte de plusieurs facteurs. La nature de l’activité, la taille de l’entreprise et la personnalité des employés, sont autant de critères à évaluer pour choisir le style de management à appliquer au sein d’une société. Le type de management influe non seulement sur la motivation des employés, mais également sur le développement financier de l’entreprise. Dans les lignes qui suivent, approfondissons tous les points qui concernent le leadership et le management.

 

Un bon manager : qu’est-ce que c’est ?

 

Un manager est l’interface qui relie une entreprise et les employés. Il connaît parfaitement la définition sarl, la signification d’un SASU, les engagements d’une SA, etc. Bref, il connaît le statut sous lequel l’entreprise a été créée. Par conséquent, il connaît, entre autres, les engagements des dirigeants, les enjeux et les objectifs de l’entreprise. Un bon manager connaît les règles. Néanmoins, il peut également les enfreindre quand c’est nécessaire. En fonction de son interlocuteur, il peut faire preuve de souplesse ou encore resserrer la vis. Un bon manager est aussi apte à appliquer différents types de management. Car il sait que ses attitudes ne doivent pas être figées. Il doit agir en adéquation avec chaque situation. En bref, un bon manager est celui qui s’engage à mener son équipe à atteindre ses objectifs et à obtenir les meilleurs résultats, et ce, tout en créant de la motivation au sein du groupe.

 

Les différents types de management

 

Avec l’expérience, on s’aperçoit rapidement qu’on ne peut pas être à la tête d’une équipe, en adoptant le même style de management. L’attitude du manager doit changer en fonction de la situation, du collaborateur, des objectifs donnés, ainsi que des deadlines imposées pour les atteindre. Un leadership ne peut être efficace que lorsqu’il y a un équilibre entre les différents modes de management. Il y a le management autocratique ou directif, le management délégatif, le management participatif et le management persuasif. Afin de comprendre quel type de management adopter en fonction d’une situation donnée, regardons une à une, les différences entre ces quatre types de management.

 

Le management directif

 

Ce type de management n’a plus sa place dans les entreprises modernes. Il implique un leadership strict basé sur les ordres. La motivation et le développement de la créativité du travailleur ne sont pas compatibles avec ce type de management. Le lien qui unit l’employé et l’employeur est strictement vertical. Pour chaque situation, le manager ou la direction donne un ordre et les collaborateurs suivent cette directive sans analyser le fondement de la décision. La pertinence de ce style de management peut être avérée dans certaines structures, là où les employés n’ont pas du tout d’expérience et attendent de leurs chefs qu’ils leur donnent des ordres. À titre d’exemple, dans une usine de fabrication où les nouveaux ouvriers n’ont pas du tout d’expérience dans l’utilisation de la machine, le management directif peut trouver sa place. Néanmoins, là encore, l’application de ce style de leadership est risquée. Et pour cause, il peut entraîner la démotivation des recrues et conduire à un turn-over élevé.

Le management participatif

 

Le management participatif, comme son nom l’indique, stimule la relation entre l’équipe et le coach. Ce style de management implique la participation de chacun dans l’atteinte de l’objectif. Il n’y a pas de lien ascendant entre le coach et les membres de son équipe. Tout le monde travaille de concert. Les interactions et la collaboration sont fortement soutenues durant le travail. La productivité n’est pas associée à la performance d’une seule personne, mais aux décisions prises par l’ensemble du groupe. Aucune coercition n’est permise lorsqu’une entreprise privilégie le management participatif. Ce style de management trouve sa pertinence dans toutes les structures, étant donné qu’il est fondé sur la motivation et le bien-être de chaque employé. Rappelons que la ressource humaine est à la base du développement durable d’une structure.

Le management délégatif

 

Le management délégatif est l’équilibre entre le style directif et le style participatif. Toutes les décisions restent au niveau de la direction. Mais elles sont prises en fonction des retours des collaborateurs. L’application de ce style de management trouve sa pertinence dans les structures où le poste de manager a été pris par une personne qui a acquis une expertise tangible dans le domaine d’activité. Dans ce cas, le coach a tout le respect et la confiance des collaborateurs. Ces derniers peuvent suivre les ordres sans rechigner.

Le management persuasif

 

Le management persuasif désigne un style de direction basé sur l’exemplarité. Le manager utilise des KPI pour suivre et piloter la performance des membres du groupe. Ces indicateurs permettent notamment de récompenser les meilleurs éléments, ou encore de donner des ordres clairs à ceux qui sont en retard dans l’atteinte des objectifs donnés. Ce type de management trouve sa pertinence dans le secteur de la vente et dans les usines de production, là où l’atteinte de l’objectif occupe une place importante.

 

En résumé, un bon manager doit maîtriser les quatre styles de management. Il doit adopter un style en fonction de la situation (deadline imposé, objectif donné, etc.). Un bon manager sait quand il faut déléguer une tâche, quand il faut donner des ordres et quand il faut demander l’avis des collègues.

Articles préférés